Mignonnes

Wesh la street (ça se passe à côté de stalingrad dans le 19ème donc CHEZ MIO). Amina a 11 ans, elle vit avec sa maman et 2 petits frères, ils viennent du Sénégal, ils sont musulmans et Amina évolue parmi les traditions que sa mère lui inculque. Son papa a pris une deuxième femme et va falloir composer avec ça. Amina trouve ça injuste. Elle regarde un groupe de 4 filles de son collège, des petites zoulettes qui se prennent pour les pussycat dolls, elles s’habillent moulant, courts, talons, elles dansent. Amina les observe elle veut en être, alors elle se repasse les cheveux pour les lisser comme Angelica la meneuse. Comme c’est des gamines au début elle se fait bolosser et après elle est intégrée dans le groupe. Amina devient Amy. Il y a un concours de danse et les filles veulent le gagner alors elles font des vidéo, elles se foutent sur instagram, elles vivent au rythme des likes. A 11 ans il faut avoir le cul qui ressort, il faut twerker, il faut faire la pute. Amy va parfois à des réunions de femme musulmanes (un genre de mosquée?) où on lui dit qu’il faut pas se montrer, au retour Amy regarde des videos limite porno où les femmes sont réduites à être juste des corps. En même temps c’est des gamines quand Cumba touche une capote dans les bois ses copines hurlent qu’elle a chopé le sida ou le cancer du cul et elles la lavent entièrement y compris la langue avec du savon. Et puis elles cherchent quand même à voir la kekette des garçons dans les chiottes du collège.Y’a l’audition pour le concours qui se prépare, mais Amy doit couper les oignons pour le mariage de son père elle a le seum elle laisse le plat d’oignon et la tata et le petit frère dans la rue. Elle rate l’audition, ses copines ne l’aiment plus, alors Amy va crescendo elle prend sa chatte en photo qu’elle fout sur insta, elle plante un compas dans la main d’un camarade qui la traite de pute. Sa mère appelle un marabout et Amy n’a plus de copine vu qu’elles sont maintenant considérées comme des putes vu qu’Amy a montre sa teush sur insta.

C’est très bien. D’abord parce que, aux chiottes le « bande de filles » de Céline Sciamma allez ça dégage. Un film qui est à la limite toujours de valider ce qu’il dénonce à savoir l’hyperséxualisation de ces gamines. Elles ne vivent que pour ça, montrer leurs culs, mimer des actes sexuels sur scène à 11 ans, grandir trop vite, les gamines sont parfaites, totalement naturelles. On passe du rire car elles sont drôles quand même à une méga gêne lors des chorés de danse vu les poses lascives des gamines, il fallait que ce film soit réalisé par une femme, noire, musulmane un homme aurait fait ça je pense que ça aurait fait scandale, c’est pas « la boum » hein bien loin des slows avec appareils dentaires, on est plus proches de « thirteen » de Catherine Hardwicke(wow qui date de 2003 putain), c’est dynamique et c’est triste aussi, vu le sujet de film hyper casse gueule c’est une vraie réussite (y’aura des césars je pense).

3 replies to “Mignonnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star